Sélectionner une page
Temps de lecture : 5 minutes

Il y a des enfants pour qui l’école est un plaisir… et puis… il y a les nôtres… ceux qui ont besoin de notre aide pour les devoirs… et il faut le dire, parfois, c’est une galère, que dis-je, un enfer !

Et encore, il ne s’agit que de l’aide aux devoirs…

…pas de faire l’école comme pendant le confinement… heureusement !

Vous aurez peut-être déjà vu dans un de mes précédents articles que mon Fiston a des troubles de l’apprentissage.

Il fait donc face à une difficulté pour la lecture et l’écriture, ce qui rend tout plus compliqué pous les apprentissages.

L’autonomie est plus réduite puisqu’il se trompe souvent dans la lecture des énoncés des exercices.

Il a donc besoin d’une aide aux devoirs pour l’aider dans la compréhension des exercices puis pour faire les exercices.

Et je sais qu’il est loin d’être le seul !

Rien que pour la dyslexie, c’est 5 à 10 % des enfants qui sont concernés.

Quand il y a un trouble de l’apprentissage, la confiance en soi en prend un coup

Déjà pendant le confinement, il n’avait pas de suivi particulier.

Ainsi, son Papa et moi avons essayé avec un profond découragement de lui faire faire ses leçons.

Nous avons renoncé chacun notre tour à lui faire faire le programme complet journalier qui était donné par son enseignante. Nous ne lui faisions faire que les matières telles que les maths et le français. Et rien que ça prenait un temps incroyable.

En effet, il fallait déjà un long moment pour le motiver… (et le sortir des crises de pleurs…)

Et je voyais bien qu’il lisait systématiquement mal les consignes écrites.

Pourtant, à l’oral, ça allait.

La confiance en soi & les apprentissages

Ainsi, nous nous sommes retrouvé face à une incompréhension.

Pourquoi est-ce qu’il n’y arrivait pas ?

Nous sentions que ce n’était pas un problème d’intelligence

Heureusement, à la rentrée suivant, nous avons eu la chance de trouver (enfin) une orthophoniste qui a pu faire un bilan et un accompagnement.

Le confinement nous a permis de prendre conscience de ses difficultés, mais a créé de nombreux conflits entre lui et nous sur la partie scolaire.

Et les conflits n’aident absolument pas pour les apprentissages. 

C’est ainsi que j’ai pris conscience de l’importance de remettre un cadre positif dans l’accompagnement des devoirs. 

Je ne sais pas si ça vous a fait pareil quand vous-mêmes étiez écolier/étudiant : il suffisait que l’enseignant.e soit intéressant.e pour que les apprentissages soient plus faciles ! 

Et bien c’est la même chose pour les devoirs : ça passe mieux si les conditions sont favorables. 

 

1er point essentiel – Organsier les devoirs dans un contexte favorable

Pour les enfants qui ont des difficultés, les conditions pour se mettre au travail sont d’autant plus importantes à prendre en compte.

Alors voici ce que j’ai repéré qui est aidant pour un meilleur investissement pour faire les devoirs, quand :

  1. L’enfant n’a pas faim, donc à éviter juste avant un repas.
  2. Quand il est dans le calme
  3. Quand il sent que le parent est détendu et vraiment aidant (pas stressé, pressé, énervé…)
  4. Quand il est dans une routine : par exemple, les devoirs sont toujours faits après le gouter.
  5. L’enfant n’est pas isolé seul à son bureau dans sa chambre.

 

Astuce utilisée ici

Zéro écran tant que les devoirs ne sont pas faits.

Les écrans ramollissent la concentration et mettent l’enfant dans une passivité.

Or, il doit être actif et motivé quand il se met à ses devoirs !

Pour en savoir + sur les écrans cliquez ici

2ème point essentiel- anticiper tous les devoirs à venir

Quand les enfants ont des difficultés, il ne faut pas les mettre en situation de stress, à devoir se dépêcher.

Au contraire, il faut qu’ils aient du temps pour comprendre, assimiler.

Aussi, s’il y a beaucoup de devoirs pour la semaine suivante, ça sera contre productif de tout vouloir lui faire faire en une seule fois.

Mieux vaut planifier une séance de devoirs par jours afin de ne pas lui mettre la pression.

Cependant, il est utile de ne pas se centrer seulement sur les devoirs du lundi.

En effet, il sera alors essentiel d’anticiper toute la semaine de devoirs afin de lui laisser “digérer les informations”.

Par exemple, s’il a une évaluation le jeudi, il est préférable de relire la leçon dès le week-end pour commencer à l’intégrer.

De plus, si c’est le week-end où vous êtes le plus disponible, ça vous permet de vous poser avec votre enfant pour l’aider.

 

3ème point essentiel – Attention aux injonctions qui n’aident pas et démotivent

 

 

 

J’ai découvert ce petit livre détaillant 10 injonctions que les parents disent souvent aux enfants.

Et il y en avait je lui disais souvent… pensant bien faire.. oups…

Je vous donne les 3 que je disais le plus souvent :

Vas-y, c’est facile !

Réfléchis !

Regarde bien, ça se voit ! 

Aie, dur de constater que nous étions à côté de la plaque et qu’au lieu d’aider notre enfant pour ses devoirs, nous lui ajoutions des difficultés…

Au total, ce livret détaille 10 injonctions que nous faisons fréquemment et qui sont contre-productive pour les apprentissages des enfants.

Alors ça m’a beaucoup aidé à prendre du recul et à ne plus lui dire ces injonctions.

Bon malgré toute ma bonne volonté, c’est vraiment galère.

Mais une chose a changé : fini les énervements, fini les injonctions.

Quand on s’y met, c’est dans de bonnes conditions.

Les devoirs ne devraient jamais se transformer en conflit parent-enfant.

Les devoirs chez vous

Vous aussi, vous rencontrez des difficultés pour l’aider dans ses devoirs ?

Qu’allez-vous changer pour pour que les devoirs se passent mieux ? 

Retrouvez nos autres articles sur le blog

Comment profiter de ses enfants en semaine quand on a peu de temps ?

Comment profiter de ses enfants en semaine quand on a peu de temps ?

En semaine, c'est souvent la course et on manque de temps pour profiter des enfants. Comment faire pour passer quand même quelques bons moments avec eux ?1. Ne promettez jamais une récompense en échange d’un bon comportement ou d'une tâche à accomplir Vous avez eu une...

Comment épargner pour ses enfants, même avec un budget très serré

Comment épargner pour ses enfants, même avec un budget très serré

Pour les parents solos, ce n’est pas forcément évident d’épargner pour ses enfants quand on a un budget serré. En effet, on doit assumer les charges courantes en solo et ça pèse lourd sur notre budget. Quand j’étais conseillère en banque, j’accompagnais des clients...

Un défi pour se booster entre entrepreneuses (podcast-épisode 1)

Un défi pour se booster entre entrepreneuses (podcast-épisode 1)

Un défi en collaboration  Quel est le lien entre une coach de vie, une photographe, et une relectrice-correctrice ? Pas évident de prime abord, n’est-ce pas ? Un défi tout d’abord. Une coach de vie certifiée, spécialisée dans l’accompagnement de parents séparés, une...

Pour partager ce site à vos proches
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :