Sélectionner une page
Temps de lecture : 5 minutes

La cohabitation est souvent un passage obligé lors d’une séparation parentale, le temps que la situation se dénoue. 

Cette situation peut parfois très bien se passer, mais peut aussi être pesante pour les parents et stressante pour les enfants.

Voici 4 points à prendre en compte pour vous aider à mieux passer le cap tout en préservant les enfants autant que possible.

1. Travailler le lâcher-prise pendant la cohabitation

L’avantage de la cohabitation, c’est que c’est provisoire.

C’est le moment idéal pour travailler votre capacité à lâcher-prise.

Donc, c’est le bon moment pour ne plus chercher à combattre tous les défauts de votre ex.

En effet, il n’y a plus d’enjeu sur le long terme. 

Et si c’était le bon moment pour laisser tomber tous les petits combats du quotidien ?

Exemples

Votre ex est bordélique et laisse plein de chantier dans la maison ?

On laisse couler.

Ou au contraire, votre ex est maniaque et vous demande de récupérer les joints de la salle de bain à la brosse à dents ?

On laisse couler et sans s’énerver, on lui dit « je n’en ai pas envie, mais libre à toi de t’en occuper ».

Votre ex vous relance chaque jour pour vous clamer son amour ?

Dites-lui que vous avez besoin de prendre du recul et que pour le moment, vous préférez maintenir votre décision.

Pensée aidante

Cette cohabitation est provisoire, je garde mon énergie pour mes projets, mes enfants et notre avenir.

Bien sûr, il y a des situations où il ne faut jamais prendre sur soi et partir au plus vite, comme dans les cas de harcèlement moral et/ou physique ou de violences.

2. Apprendre à gérer son stress et ses émotions

 

Visualiser un avenir plus positif et agréable en attendant que ça arrive vraiment.

Agrémentez votre esprit de pensées positives et projetez-vous sur :

  • Votre futur logement et les aménagements à y faire
  • Les bons moments que vous allez vivre avec vos enfants
  • La liberté que vous allez retrouver
  • L’ambiance sereine dans laquelle vous serez une fois dans votre nouveau « chez-vous »
  • Et toutes les pensées positives qui vous permettront de mieux vivre la situation.

Car ce qui est magique avec le cerveau humain, c’est qu’il est possible de se sentir mieux en visualisant des scènes positives qui nous rendent heureux.

Mais quand on est stressé, on ne prend pas le temps de le faire…

En effet, lorsqu’on se retrouve dans une situation stressante, on bloque instinctivement notre respiration. De même, nous avons tendance à bloquer nos pensées sur du négatif.

Le problème, c’est que ça stresse notre corps & notre esprit.

Et c’est le début du cercle vicieux.

Trouver la méthode de relaxation qui vous détend vraiment

C’est pour cette raison que les méthodes telles que la méditation, la relaxation ou encore la sophrologie ont tant de succès pour aider les personnes à se détendre.

Ces méthodes permettent de mieux respirer et de visualiser des pensées positives.

Ainsi, ces moments de détente vous permettent de mieux canaliser vos émotions et votre stress.

Côté organisation, vous pouvez par exemple organiser ces séances avant que tout le monde soit levé, pour être au calme, ou au moment de vous coucher, pour vous préparer au sommeil.

Enfin, si toutefois vous pouvez dormir séparément.

La cohabitation, une phase test de la coparentalité

Pour certains parents, la cohabitation sera une phase de test qui permettra de voir si la coparentalité se passe bien (ou pas).

Dans ce cas de figure, ils vont mettre en place le planning de garde des enfants tout en vivant encore sous le même toit.

Cette organisation permet à chacun de prendre ses responsabilités et d’avoir des moments de libertés pour sortir et se ressourcer en extérieur.

Annoncer la séparation aux enfants

Si vous choisissez de cohabiter quelques semaines voire quelques mois et que vous êtes sûrs de votre choix, annoncez la séparation à vos enfants.

Vous trouverez ici un article pour préparer votre annonce et la faire dans les meilleures conditions possibles.

Vos enfants auront ainsi du temps pour s’habituer à l’idée de la séparation et intégrer les changements à venir.

Répartir aussi les tâches quotidiennes

En plus de répartir le planning de garde des enfants, vous pouvez répartir le planning des tâches quotidiennes.

Et profiter de ses temps-libres

Pour mieux vivre la cohabitation, vous avez besoin de vous ressourcer en extérieur.

Profitez autant que possible des moments de liberté que vous avez.

Ne vous en privez pas parce que ce temps vous permet de souffler et de retrouver de l’énergie. 

 

Gérer les conflits et la communication

 

Les conflits à la maison

Si vous êtes d’accord pour protéger au maximum vos enfants, alors décidez de ne jamais parler de vos conflits en présence des enfants.

Aménagez des moments spéciaux pour pouvoir aborder les sujets délicats.

La communication

 

Plusieurs problématiques peuvent venir s’immiscer dans cette période délicate de la cohabitation puis de la séparation.

Les mauvaises interprétations

Nous sommes très nombreux à avoir un énorme défaut de communication : nous interprétons ce que nous disent les autres.

Et nous prenons notre interprétation pour une réalité.

C’est tout à fait humain, mais cela créé des problèmes là où il pourrait ne pas y en avoir.

Car souvent, on interprète « mal », dans le sens où on se trompe sur ce que voulait dire l’autre personne.

Ce qui peut générer un sentiment d’injustice de la part de l’autre parent.

C’est ainsi que naissent de nombreux conflits.

Pour être sûr d’être sur la même longueur d’onde sur les sujets importants, vous pouvez :

  • Remettre dans le contexte ce que vous dit votre ex.
  • Reformuler en commençant par « si j’ai bien compris… »
  • Puis résumer.

Et voyez si votre ex confirme ou non.

En faisant cet effort de compréhension, vous accordez de l’importance à ce que dit votre ex, même si finalement vous n’êtes pas d’accord.

C’est aussi une façon de lui témoigner votre attention et votre écoute, ce qui est un bon début pour une coparentalité qui s’installe.

L’attitude de victime ou de bourreau

Certaines personnes vont s’enfermer dans une attitude de victime et accableront de reproches l’autre personne. Elles penseront : « mais pourquoi mon ex me fait ça à moi ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire ? ». C’est nier leur part de responsabilité dans le couple.

D’autres vont se mettre dans la position du bourreau et accuseront l’autre personne de tous les maux possibles. Ils penseront « tout est de sa faute, mon ex n’avait qu’à pas faire ceci, ni réagir comme cela, c’est de sa faute…». Ils oublient aussi de prendre leur part de responsabilité.

Dans ces deux situations, les personnes sont en mode « problème ».

Ils retournent les problèmes dans tous les sens : inefficacité assurée.

Tant que la conversation est en mode « problème », elle ne permettra pas d’avancer sur une vraie communication.

Adopter une attitude Adulte / Adulte

Pour sortir du schéma Victime / Bourreau et du mode « problèmes », chacun doit prendre sa part de responsabilité et se placer en mode « adulte ».

Le mode adulte, c’est être capable d’écouter l’autre et d’exprimer aussi sa façon de voir les choses.

C’est aussi accepter la situation et passer en mode « solutions ».

Exemples de questions en mode solutions :

  • Comment allons-nous organiser la garde des enfants pour les 4 prochaines semaines ?
  • Comment allons-nous gérer nos biens immobiliers ?
  • Comment allons-nous annoncer la séparation aux enfants ?

Ainsi, on passe du « pourquoi » (mode problèmes) au « comment » (mode solutions)

La cohabitation est une transition vers la séparation définitive qui peut vous permettre de progresser dans vos compétences personnelles, en fonction de votre situation. 

Vous pouvez par exemple : 

– Travailler sur  votre capacité à lâcher prise dans certaines situations,

– Progresser sur votre gestion du stress et de vos émotions,

– Apprendre à visualiser votre avenir et focaliser votre attention sur du positif,

– Améliorer votre communication avec votre ex pour commencer à coconstruire votre future coparentalité.

Pendant cette période, vous avez du temps pour vous habituer à votre nouvelle parentalité solo avec vos enfants quand vous êtes avec eux et gouter à votre nouvelle liberté quand l’autre parent s’occupe d’eux. 

Cette étape de vie est le moment idéal pour commencer un accompagnement pour vous aider à prendre soin de vous et à prendre du recul. Vous pouvez prendre rendez-vous directement ici. 

A bientôt 

 

 

 

 

Pour partager ce site à vos proches
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :