Sélectionner une page
Temps de lecture : 6 minutes

Pour de nombreux parents qui s’intéressent à l’épanouissement de leur enfant, la culpabilité fait partie des pensées qui les suivent après leur séparation. Comment en finir pour de bon avec cette culpabilité et garder toute son énergie pour se sentir heureux ?

Des parents investis même après la séparation

Qu’ils soient à l’origine de la décision ou qu’ils la subissent, ils ressentent cette culpabilité.

Pourquoi tant de culpabilité post-séparation ?

 

Déjà parce qu’ils ont du annoncer à leurs enfants que leur vie allait changer et que c’est une sacrée épreuve émotionnelle. 

Parce qu’ils auraient aimé offrir une autre vie à leur enfant.

A deux, il est par exemple plus accessible de vivre dans une maison avec un jardin et d’y voir évoluer notre enfant.

Une fois dans la vie de parent solo, il est plus difficile d’accéder à ce type de confort pour certains (mais pas impossible !).

De plus, l’image de la vie de famille unie que nous aurions aimé vivre et faire vivre à notre enfant s’est éloignée de nous.

Et puis parfois, certains parents ne s’occupent même plus de leur enfant et en laisse la charge à un seul des parents.

Et finalement, qui ressent de la culpabilité ?

Bien souvent, les parents qui sont les plus soucieux du bien-être de leur enfant.

Ils sont conscients que leur enfant n’a pas la vie rêvée d’un enfant.

Et puis, il y a celles et ceux qui culpabilisent souvent et dans différents sphères de leur vie.

Alors s’il s’agit de votre cas, lisez la suite.

Identifier la culpabilité

La culpabilité dans cette situation est le sentiment ressenti par les parents qui se sentent responsables de faire souffrir leur enfant à cause de la séparation.

Et c’est vrai, dans la plupart des cas, les enfants souffrent d’une séparation.

Heureusement, cette souffrance ne durera pas si elle est entendue et accompagnée.

D’autant plus si les deux parents réussissent à mettre en place une coparentalité coopérative.

En réalité, la culpabilité est un sentiment qui peut être utile pour nous permettre d’être conscient des décisions que nous prenons.

En effet, avant de prendre une décision, nous y réfléchissons pour faire au mieux et nous réfléchissons aux conséquences qui peuvent être  occasionnées.

La culpabilité est une sorte de garde-fou.

Et si nous agissons mal, nous ressentons une culpabilité liée à cette action puisque nous savons la douleur qu’elle peut entrainer à autrui.

Dans ce cas, la culpabilité peut être légitime.

En revanche, parfois, des parents ressentent de la culpabilité alors qu’ils ne sont PAS responsables d’une action.

 

 

Exemple 1 

Votre ex vous a quitté brutalement parce qu’il/elle a rencontré quelqu’un d’autre.

Vous faites au mieux pour faire face à la situation et protéger vos enfants.

Malgré tout, vous culpabilisez qu’ils ne puissent plus grandir avec une vie de famille traditionnelle.

Dans cet exemple, la culpabilité ne devrait pas avoir sa place parce que la séparation n’est pas de votre fait.  

La culpabilité est liée à nos valeurs personnelles

Cet exemple révèle un point important.

Ici, la personne dans l’exemple regrette de ne pas pouvoir offrir une vie de famille unie.

Peut-être qu’elle a dans ses valeurs premières la valeur Famille.

Et nous avons tous des valeurs personnelles différentes.

Elles régissent nos actions, nos décisions et au final, le sens que nous donnons à notre vie.

Pour les parents qui accordent beaucoup d’importance à la valeur Famille, l’atteinte sera d’autant plus importante.

C’est pourquoi il arrive de vivre une déprime voire une dépression quand on se sépare, alors même que nous avons pris la décision.

Tout simplement parce que notre valeur Famille est atteinte.

Et nous ne pourrons pas la transmettre comme nous le souhaitions à nos enfants, en plus de ne plus vivre cette valeur de la façon dont nous souhaitions la vivre.

Comment arrêter de culpabiliser pour de bon ?

La culpabilité se mélange souvent avec des émotions négatives telles que la tristesse, la colère et parfois la honte.

Alors pour commencer, c’est important de faire le point sur l’objet de votre culpabilité.

 

Démêler la culpabilité et les autres émotions négatives

 

Pour démêler ces différentes émotions qui grignotent votre énergie.

Demandez-vous :

Quels sont vos torts réels ?

Etes -vous responsable directement de la situation ?  

 

Exemple 2

Fred a décidé de se séparer.

C’est sa décision.

Mais si on creuse un peu plus, Fred nous apprend que sa conjointe lui manquait régulièrement de respect et qu’elle n’avait plus aucune tendresse pour lui depuis plusieurs années.

Il avait essayé plusieurs fois de rétablir le contact mais rien n’y a fait.

Ici, certes, la décision a été prise par Fred, mais elle découle des agissements de son ex.

Ici, la culpabilité et la tristesse de la situation peuvent être liées.

Exemple 3

Pour une raison qui vous appartient, vous avez dû quitter votre partenaire.

Vous savez que vous lui avez fait du mal ainsi qu’aux enfants, mais vous aviez l’impression de ne plus avoir le choix.

Votre culpabilité est donc légitime.

En revanche, vous n’êtes pas pour autant obligé de vivre avec cette peine toute votre vie.

Vous avez le droit de vous pardonner à vous-même, et vous avez aussi la possibilité de présenter vos excuses aux personnes à qui vous pensez avoir causé du tort.

C’est une démarche qui n’est pas toujours aisée mais qui vous permettra de vous apaiser.

Les pensées aidantes

Certes, une séparation est une transition de vie majeure.

Mais les changements de vie nous apprennent à grandir, à nous adapter et à faire preuve de résilience.

Et justement, les enfants s’adaptent, et d’autant plus s’ils sont dans de bonnes conditions pour ça.

Ils savent surmonter cette épreuve quand ils se savent aimés, entourés & écoutés.

Leur vie sera bien facilitée s’ils peuvent voir leurs deux parents et si leurs parents ont réussi à créer un lien de coparentalité coopératif.

Si vous n’avez pas choisi cette situation

 

Souvenez-vous :

Vous n’êtes pas responsable de cette situation.

Exemple 4

Vous avez quitté votre conjoint.e qui était toxique dans votre relation.

Depuis la séparation, il/elle ne s’investit plus dans sa parentalité et ne voit plus du tout votre enfant.

Encore une fois : vous avez pris une décision pour vous protéger.

Ensuite, votre ex n’a pas maintenu le lien parental.

C’est de son fait.

Pas du vôtre.

Si vous ressentez de la culpabilité, alors je vous invite à travailler le lâcher prise :

Il y a des situations sur lesquelles nous ne pouvons avoir aucun contrôle.

Dans ce cas, le lâcher prise, c’est accepter la situation telle qu’elle est et faire au mieux pour protéger son enfant et être présent.e pour lui/elle.

J’ai une valeur Famille très forte

Dans ce cas, ce que nous faisons en coaching, c’est de travailler la valeur Famille : ce qu’elle représente pour vous, les différents modèles que vous en avez & vos attentes. 

Nous allons alors revisiter le sens de cette valeur pour vous et la réadapter à ce que vous pouvez réellement vivre dans votre situation.

Parce que finalement, même lorsque nous sommes parents solos, nous sommes une famille.

Une plus petite famille, certes, mais toujours une famille 😊

Le travail est alors de voir ce que vous pouvez apporter à vos enfants, comment les protéger, les aimer et préserver le lien qui vous unis avec eux.

Un livre spécifique sur la culpabilité qui vous permet de faire le point sur votre manière de vivre ce sentiment, quelque soit la situation.

Idéal pour apprendre à se détacher de cette culpabilité

Retrouvez nos autres articles sur le blog

Comment profiter de ses enfants en semaine quand on a peu de temps ?

Comment profiter de ses enfants en semaine quand on a peu de temps ?

En semaine, c'est souvent la course et on manque de temps pour profiter des enfants. Comment faire pour passer quand même quelques bons moments avec eux ?1. Ne promettez jamais une récompense en échange d’un bon comportement ou d'une tâche à accomplir Vous avez eu une...

Comment épargner pour ses enfants, même avec un budget très serré

Comment épargner pour ses enfants, même avec un budget très serré

Pour les parents solos, ce n’est pas forcément évident d’épargner pour ses enfants quand on a un budget serré. En effet, on doit assumer les charges courantes en solo et ça pèse lourd sur notre budget. Quand j’étais conseillère en banque, j’accompagnais des clients...

Un défi pour se booster entre entrepreneuses (podcast-épisode 1)

Un défi pour se booster entre entrepreneuses (podcast-épisode 1)

Un défi en collaboration  Quel est le lien entre une coach de vie, une photographe, et une relectrice-correctrice ? Pas évident de prime abord, n’est-ce pas ? Un défi tout d’abord. Une coach de vie certifiée, spécialisée dans l’accompagnement de parents séparés, une...

Pour partager ce site à vos proches
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :