Sélectionner une page
Temps de lecture : 5 minutes

Voilà, vous êtes fixés : ce que votre ex et vous souhaitez vraiment, c’est installer une coparentalité coopérative pour le bien-être de vos enfants…et pour le vôtre !

Alors voici 6 habitudes à adopter pour une coparentalité au top !

Habitude 1

La politesse à la base d’une  coparentalité qui fait du bien aux enfants et aux parents

Dans vos conversations, qu’elles soient à l’écrit ou à l’oral, la politesse est de mise.

Vos messages commenceront toujours par « Bonjour », et se finiront par une phrase de politesse comme « bonne soirée », « bonne semaine » ou « bon week-end ».

C’est vrai, ça parait simple, et pourtant, quand on vient de se séparer et que c’est la guerre en dehors de la coparentalité, on peut vite oublier.

Ne pas utiliser les formules de politesse peut donner à l’autre parent l’impression de ne pas compter ou de ne pas être respecté. Or, c’est l’inverse qui est attendu dans la coparentalité.

On reconnait à l’autre son caractère indispensable et indissociable de la vie de notre enfant, donc par logique, on le respecte. Et le respect se démontre à chaque occasion de communication.

Habitude 2 

Transmettre les informations concernant son/ses enfants au fil de l’eau.

C’est plus facile de transmettre les informations au fil de l’eau que de devoir se souvenir en fin de période de garde des différents évènements dans la vie de votre enfant. Par exemple, si votre enfant a été malade et que vous avez consulté, les nouvelles réussites de l’enfant (école, sport, autonomie…).

L’autre parent pourra, si l’enfant le souhaite aussi, appeler l’enfant et en parler avec lui. Cela permet de conserver un lien régulier.

Dans le même style, vous emmenez votre enfant en shopping et vous constatez qu’il faut maintenant lui acheter la pointure de chaussure du dessus, n’hésitez pas à en parler à son autre parent. Qui sait ? Peut-être qu’il aura l’occasion d’acheter une paie de chaussures lui aussi, même en l’absence de l’enfant. Connaitre la bonne taille sera alors pratique.

Habitude 3

Prévenir l’autre coparent quand vous partez du domicile habituel avec votre enfant (vacances etc…)

On pense directement à la sortie de territoire, mais il ne s’agit pas que de ça.

Concernant tout d’abord la sortie de territoire, vous devez bien sûr en informer l’autre parent et lui demander de signer un document à cet effet.

Mais même lorsqu’il s’agit d’un déplacement dans le pays mais en dehors de votre lieu de vie habituel, indiquez à l’autre parent sur quelle durée vous partez et dans quel lieu, par simple courtoisie. Et si par exemple il y a de la route, vous pouvez aussi envoyer un message pour prévenir quand vous êtes bien arrivés. Ces conseils sont surtout valables pour les jeunes enfants qui n’ont pas encore l’âge d’avoir leur propre téléphone portable. Ensuite, les ados pourront communiquer par eux-mêmes ce genre d’information (enfin… selon le degré de maturité et leur envie de communiquer !)

Habitude 4

Respectez vos engagements et prévenez si vous ne pouvez pas.

Evitez à l’autre parent de se faire du mouron parce que vous êtes en retard. Prévenez tout simplement.

Quand un parent ne prévient pas de son retard, l’autre peut alors commencer à s’angoisser. Ce qui génère des émotions négatives. Les conversations à votre arrivée risquent d’être tendues ce qui est dommageable pour le bon déroulement de la coparentalité.

Mais ceci est valable pour tous vos engagements. Y compris lorsqu’il s’agit du versement d’une pension alimentaire, de faire une démarche administrative ou autre.

Alors à vous de jouer, faites au mieux !

Habitude 5

Lâcher prise ou s’investir plus, selon le cas….

Lorsque les parents ne sont pas séparés, il arrive assez facilement qu’un des parents prenne en charge une partie importante de la gestion de l’éducation/santé/famille en lien avec les enfants. Mais cette situation peut se trouver équilibrée parce que l’autre gère d’autres domaines de la vie de couple.

En revanche, une fois séparé, et surtout quand vous avez fait le choix de la relation coparentale coopérative, chacun des parents est amené à s’investir de façon équilibrée dans la vie de son enfant. Qu’il s’agisse des rendez-vous médicaux, des activités scolaires et extra-scolaires, du rythme de vie de l’enfant, chacun a son rôle à tenir. Ce qui fait que l’un doit laisser plus de place à l’autre. Et l’autre doit prendre sur lui pour être plus impliqué et prendre en charge plus de démarches.

En effet, dans un modèle de parents séparés « traditionnel », le parent qui aura l’enfant seulement un week-end sur deux pourra avoir tendance à favoriser les seuls moments de plaisir et de complicité avec son enfant. Et le parent qui aura la garde régulière de l’enfant devra assumer la partie éducative, santé. Le niveau de charge mentale est complètement déséquilibré.

Or dans une relation coparentale, a fortiori si le rythme de garde est plus ou moins équilibré, chacun des parents peut tenir son rôle parental dans son entièreté. Avoir autant de temps que l’autre parent avec l’enfant lui confère une légitimité. Chacun des parents pourra profiter de ce temps avec l’enfant pour à a fois partager des moments de détente et de complicité avec l’enfant, tout en assurant le cadre éducatif et familial.

Ainsi, chacun doit ajuster son comportement en fonction, soit lâcher prise, soit augmenter son niveau d’investissement.

Habitude 6

S’intéresser au mode de vie de chez l’autre parent et adapter si possible.

Les enfants sont amenés à s’adapter en fonction de leur lieu de vie et du cadre mis en place par leurs parents.

Les parents ont tout intérêt à parler des évolutions de l’enfant du point de vue de l’autonomie pour que les évolutions soient prises en compte chez l’un et chez l’autre.

De même, pour les choix d’éducation qui peuvent être faits, essayez d’être en accord.

Quelques exemples 

  • Le niveau d’autonomie

Discutez ensemble du niveau d’autonomie de votre enfant et des progrès accomplis au fur et à mesure. Quand un progrès est fait chez un parent, confortez cette progression en la mettant en place aussi chez vous.

  • La façon de gérer les devoirs

Si vous décidez que l’enfant doit anticiper pour les 2 prochains jours de devoirs, faites en sorte qu’il en soit de même chez les 2 parents.

Si le rythme d’école est lundi, mardi et jeudi, vendredi, l’enfant sait qu’il doit prendre ses affaires de classe dans son cartable pour les deux jours suivants. S’il a toujours les mêmes consignes, il arrivera à s’organiser plus facilement.

  • Le rythme de vie

Idéalement, si l’enfant a des habitudes ou des routines pour s’endormir ou se préparer le matin, il est préférable de lui proposer les mêmes dans ses « deux maisons ». Si le soir, il aime lire avant de s’endormir, voyez pour le lui permettre quelque soit le parent chez qui il est.

Quoi qu’il en soit, les habitudes se mettent en place au fur et à mesure et les unes après les autres.

Par quelle habitude allez-vous commencer ?

Quelle habitude vous semble plus compliquée à mettre en place et pour quelle raison ?

N’hésitez pas à commenter et partager les habitudes qui vous permettent aujourd’hui de vivre une coparentalité coopérative et positive.

A bientôt !

Milie Siméon

Coach consultante Parents Séparés

Pour partager ce site à vos proches
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :