Sélectionner une page
Temps de lecture : 6 minutes

Quand je me suis séparée, mon fils avait 3 ans, je le pensais un peu trop jeune pour l’initier aux tâches ménagères. Et pourtant, de lui-même, il avait envie de  m’aider. Ça tombait bien puisque j’avais lu que les tâches ménagères rendent nos enfants plus intelligents. Mais comment les faire participer ? Et quelles tâches leur confier et à quel âge ? Je vous partage mon expérience perso.

Beaucoup d’espoir vers ses 3 ans car fiston voulait participer de lui-même aux tâches ménagères

Ce que je trouvais incroyable, c’est que fiston m’aidait volontairement à mettre nos verres et nos couverts sur la table. Et un peu plus tard, il s’est mis à passer un peu l’aspirateur (ce que j’aimais moins parce que… il me piquait ma tâche ménagère préférée !)

Quand même, j’étais pleine d’étoiles dans les yeux : wahou, mon fils assure : quand il sera grand, il m’aidera beaucoup !

(l’espoir fait vivre… ou les illusions d’une jeune maman !)

Mais ça, c’était quand il avait 3 ans et que ça l’amusait… en réalité, il était dans le mimétisme, donc il voulait seulement… faire comme moi.

Même les tous petits peuvent participer aux tâches ménagères !

Ensuite, il a grandi et son intérêt pour m’aider à faire le ménage a sérieusement diminué !

Et tout a changé…

Malgré mes efforts répétés pour lui faire prendre part aux tâches ménagères, on est passé par une longue phase où il ne voulait plus rien faire. J’étais exaspérée.

Du coup ça donnait :

Moi : “Je te laisse débarrasser la table.

Lui : Non pourquoi ? ce n’est pas à moi de faire ça !

Moi : Ah bon ? Et pourquoi ? J’ai fait les courses, préparé le repas, mis la table, je t’ai servi… tu peux débarrasser la table quand même ?

Lui : Mais c’est les parents qui doivent faire ça !”

Bref, il développait déjà son sens de la contre-argumentation…

Mon idéal de perfection parentale s’effondrait (humour…)

Et pourtant, je tenais absolument à ce qu’il participe aux tâches ménagères parce que j’avais lu un article de ce style, qui expliquait que les tâches ménagères apportaient beaucoup aux enfants.

En quoi participer aux tâches ménagères rend les enfants plus intelligents ? 

Parce qu’ils apprennent à :

  • être mieux organisé
  • Avoir le sens de l’effort
  • Participer au fonctionnement familial et donc renforcer son sentiment de d’appartenance
  • Lui permettre de développer son autonomie
  • Développer sa discipline et sa capacité à appliquer les consignes verbales.

Malgré tous mes efforts, mes explications et argumentations bienveillantes, j’ai mis des années à lui faire accepter de seulement débarrasser « sa table ». (je ne sais pas si c’est une expression ou un langage utilisé par tout le monde … sa table = sa vaisselle de repas)

Et le pire, c’est que pour obtenir ça, j’ai dû passer par un horrible chantage (j’avoue): « si tu ne débarrasses pas « ta » table, alors tu auras à débarrasser TOUTE la table ! ». Après plusieurs fois où il a dû débarrasser toute la table, il a fini par respecter la consigne.

Bizarrement, le chantage a été très efficace.

Où en sommes-nous aujourd’hui côté implication dans le ménage ?

Aujourd’hui, fiston a 9 ans et il y a du progrès en ce moment, même s’il reste du chemin. En plus de débarrasser « sa » table automatiquement, il range sa chambre (enfin surtout il ne la dérange plus trop !). Il passe l’aspirateur parfois, nettoie les miroirs, fait les poussières, m’aide à étendre le linge. Il prépare aussi son sac d’école seul maintenant. Si vous regardez l’infographie proposée dans cet article, il y a encore une marge de progression.

Et si je vous en parle, c’est pour vous dire qu’il n’y a pas de parent parfait, qu’il n’y a pas d’enfant parfait.

On a tous des marges de progression. Et il n’y a pas de standard à respecter à la lettre. On fait en fonction de chacun. 

Ce que j’aime bien, c’est pouvoir vous partager mes apprentissages au fil du temps.

Alors voilà, après toutes ces années, j’ai repéré quelques erreurs à éviter et quelques astuces à mettre en place. 

De votre côté, n’hésitez pas à me faire part de votre trucs & Astuces personnelles, je suis preneuse !

Erreur 1 Je faisais toutes les tâches ménagères possibles en son absence.

C’est pratique, plus rapide, mais il ne se rendait pas compte du travail que ça me demandait. De plus, pendant ce temps-là, je ne pouvais pas l’inviter à participer.

Donc c’est contre-productif au final.

La solution mise en place :

Désormais, je fais la plupart des tâches ménagères en sa présence. A ce moment-là, je lui propose de participer. En appliquant cette méthode, j’ai pu obtenir une meilleure implication de la part de mon fils. On met la musique et c’est presqu’un moment de plaisir !

Ce qui ne m’empêche pas de refaire du ménage en son absence si besoin.

J’ai commencé à appliquer cette méthode seulement depuis peu et je vois déjà une nette amélioration dans sa participation. C’est motivant pour moi.

C’est aussi motivant pour lui car il voit la différence dans le avant/après.

Erreur 2 J’ai confondu imitation et implication quand il était petit

Les jeunes enfants aiment imiter les parents. Alors ils aident par jeu et non par réelle implication.

J’ai donc relâché mon attention sur le sujet en pensant que c’était de l’acquis.

La solution mise en place :

Connaitre les tâches domestiques qu’un enfant est capable de faire selon son âge et faire évoluer les tâches qu’on lui confie. L’aider à évoluer régulièrement en ne se reposant pas sur ses acquis.

Et surtout, adapter en fonction de son tempérament et de ses compétences personnelles.

Accepter aussi que certaines fois, il peut le faire, et d’autres fois non. Les enfants sont comme nous : ils ont besoin de se reposer, parfois, ils ont vraiment la flemme. C’est acceptable quand c’est occasionnel.

D’ailleurs, pour les enfants de moins de 6 ans, c’est une recommandation à prendre en compte très sérieusement.

Un jeune enfant peut tout à fait être capable de faire certaines activités ou tâches à certains moments, et ne pas avoir assez d’énergie ou de motivation à d’autres.

Ne vous braquez pas si cela arrive.

C’est tout à fait humain 😉

Dites-lui « d’accord, je comprends que tu as besoin de te reposer pour cette fois. Mais la prochaine fois, je compte sur toi pour [faire telle tâche] avec moi, d’accord ? »

infographie tâches ménagères enfants

Erreur 3

Quand on est parent séparé, on a envie de ne passer que des bons moments avec nos enfants

 

De ce fait, on peut avoir tendance à passer sur certains principes.

Mais ce n’est pas leur rendre service, ni nous rendre service à nous non plus.

D’une part, je pense dit ça en pensant à leur avenir : ils ont besoin de savoir faire tout ça afin d’être autonomes.

Enfin, comme vu dans la solution 2, on peut tout à fait passer de bons moments en partageant les tâches ménagères.

 

La solution mise en place :

Accepter que même si nous sommes parents solo, notre rôle est de permettre à nos enfants d’être autonomes et de devenir des adultes accomplis. Donc c’est de notre devoir parental que de les amener à participer activement à la vie de famille.

Ils apprennent à participer, à organiser leur temps, mais aussi la discipline 😊

Et c’est à valoir chez la Maman comme chez le Papa.

Dans un monde idéal, les parents communiquent sur le niveau de participation de l’enfant aux tâches ménagères chez l’un et chez l’autre et font évoluer sa participation de la même façon.

L’enfant est ainsi habitué à participer de la même façon chez ses 2 parents.

Et si vous avez envie d’en savoir plus sur la façon de mettre en place une coparentalité coopérative, cet article vous intéressera cliquez ici

Pour les encourager à participer aux activités ménagères, en fonction de l’âge de vos enfants :

  • Faire les tâches ensemble. Ce’est l’occasion de papoter et de faire des choses ensemble, comme tout simplement faire la vaisselle. L’un lave et l’autre essuie. Un troisième peut ranger la vaisselle.

  • Mettre de la musique pendant le grand ménage de la semaine

  • Faire une photo avant/après pour le ménage de printemps (de sa chambre par exemple)

  • Si l’enfant est en mesure de respecter les mesures de sécurité (âge et maturité), et sous la supervision de ses parents, il est possible d’envisager de :

  • lui permettre de mettre la pastille lavante dans le lave-vaisselle quand il a rangé la vaisselle dedans + lui confier le lancement du lavage
  • de doser et de verser le produit lavant dans le seau d’eau
  • d’utiliser le spray lavant à vitre (les enfants adorent « pschitter » le produit !) pour nettoyer les miroirs à sa hauteur.

  • Vous avez plusieurs enfants ? Alors vous pouvez préparer un planning des tâches, réparties pour chaque enfant et pour chaque jour de la semaine. Et pourquoi pas y inscrire « repos » dans l’une des cases ?!

  • Lancer un concours de celui des enfants qui range le mieux sa chambre dans le temps imparti.

Et chez vous, comment s’organisent les tâches ménagères ?

Est-ce que vous trouvez aussi que c’est important de les faire participer ? 

Avez-vous constaté par vous-même que ça les rend plus intelligents ? (dans le sens d’être plus organisé, plus habiles etc)

 

Et si vous nous partagez vos bons plans en commentaire ?

Milie Siméon

Coach consultante Parents Séparés

Pour partager ce site à vos proches
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
%d blogueurs aiment cette page :